Buts de l'association

1. Encourager et promouvoir l'étude historique, architecturale, sociale, économique, historiographique ou technique du patrimoine bâti de notre pays, des arts appliqués qui s'y rapportent ainsi que de leurs créateurs-trices.
2. Contribuer à la promotion et à la défense de la profession et des fonctions exercées par ses membres et à la formation continue de ceux-ci.
3. Etablir et développer des liens réguliers et durables entre tous les historien-ne-s de l'art monumental, indépendant-e-s et salarié-e-s.
4. Etablir des contacts pluridisciplinaires et développer une coopération avec d'autres organisations et groupes professionnels suisses, étrangers, ou internationaux, poursuivant les mêmes buts.
5. Représenter la profession et les membres de l'association auprès des autorités et organismes suisses ou étrangers.


Présentation

L'ARHAM réunit plus de soixante professionnel-le-s du patrimoine régional romand, spécialisé-e-s dans l'architecture et les arts qui s'y rattachent. Sur mandat de l'Etat, de collectivités publiques ou de particuliers, ils-elles sont régulièrement sollicité-e-s pour réaliser des études historiques sur une vaste gamme de bâtiments, qui peuvent appartenir tant à la sphère publique que privée, dater aussi bien du Moyen Âge que du XXe siècle. En fonction des souhaits des mandants, leurs interventions peuvent prendre diverses formes et servir différents buts: simple visite consultative, établissement d'un inventaire, étude historique, publication de brochures, de monographies, création de visites guidées, organisation d’expositions, etc.

Ces professionnel-le-s sont majoritairement issu-e-s des filières de formation spécialisées des Universités romandes. Appartenant à un réseau très actif, ils-elles travaillent en lien étroit avec les institutions en charge des travaux publics, de la protection du patrimoine, ainsi qu'avec des architectes indépendants, en fondant leur travail sur une observation minutieuse des bâtiments, sur des recherches ­bibliographiques et des dépouillements d'archives.

Le résultat des recherches, rendu sous la forme d'un rapport historique, est utilisé dans le processus décisionnel en vue d'une restauration, transformation ou tout autre travail qui touche le bâti. Il permet également d'optimiser les travaux des autres corps de métier impliqués dans le chantier.

L'historien-ne de l'architecture reste ensuite à disposition dans le suivi d'un chantier jusqu'à la fin du processus pour fournir ponctuellement des conseils ou des précisions.